Michel MAGERUS

Interview de Michel MAGERUS
Directeur financier de la Ville de Wavre

Michel MAGERUS en bref…
Michel Magerus a 62 ans. Il a toujours été au service du public. Rencontre avec Monsieur le « Receveur communal »…  

Bonjour Monsieur Magerus, quelle fonction occupez-vous à la Ville ?
Je suis le Directeur financier de la Ville de Wavre et le Comptable spécial de la Zone de police. Suite à la réforme des grades légaux en 2013 et on ne dit plus receveur communal… mais directeur financier.

Pouvez-vous nous présenter ce métier de Directeur financier ?
L’actuel métier de directeur financier a un tronc commun important avec celui de l’ancien receveur communal.  
Le nouveau métier est défini par différentes missions.
Tout d’abord, il y a le recouvrement des recettes. Le directeur financier est le seul habilité à faire entrer des recettes dans les caisses de la Ville. Il en vérifie la légalité et utilise tous les moyens légaux pour réaliser cette perception quels que soient les cas.

Ensuite, le directeur financier est également  le seul habilité à effectuer les paiements après en avoir vérifié la régularité et la légalité. Il n’engage plus ses biens personnels pour des paiements qui seraient invalidés par l’Autorité de Tutelle, comme était contraint de le faire le receveur communal. Depuis la réforme du 1er septembre 2013, le directeur financier intervient beaucoup plus tôt dans la procédure de paiement car son avis est requis sur les dossiers qui ont une implication financière au Collège et au Conseil Communal.

La mission de tenue de la comptabilité se termine par les comptes annuels. Il les remet au Collège qui les présente au Conseil Communal.

Notons également d’autres responsabilités comme celles de la gestion de la trésorerie, la gestion active de la dette et la participation au comité de direction.

Le directeur financier a un rôle important dans le système de contrôle interne mis sur pied par le directeur général : il est ainsi chargé de l’utilisation efficace et économique des ressources, de la protection des actifs et de fournir au directeur général des informations financières fiables.

On dit que Directeur financier est un grade légal. Qu’est-ce que cela signifie ?
La loi (décret) prescrit les fonctions à remplir dans le cadre de chaque commune où il faut un directeur général (ex-secrétaire communal) et un directeur financier (ex-receveur communal).
Le directeur général est chef du personnel et directeur des services de l’administration, relai entre l’autorité politique et les services administratifs.
Le directeur financier est, sous l’autorité du Collège, le véritable gardien de la légalité et de la logique économique et financière de l’administration dès le début du processus décisionnel. Il est le conseiller financier et budgétaire de la commune.

Et quel est votre parcours ?
Dans l’ordre, j’ai fait mes humanités à l’Ecole Royale des Cadets, ensuite j’ai suivi le cursus « Toutes Armes » à l’Ecole Royale Militaire et en suis sorti Officier d’Artillerie à la Force terrestre de l’Armée belge.
Je suis également titulaire d’une licence en Sciences administratives. J’ai ainsi pu passer les épreuves de sélection et devenir Receveur communal pour la Ville de Wavre. Ainsi, le 1er juin 1987, j’entrais en fonction en succédant à Madame Germaine Casterman.

Parlons de votre service. Comment fonctionne le service des Finances de la Ville de Wavre? À quoi se dédie-t-il concrètement ?
J’ai 11 collaborateurs directs et les Services financiers sont organisés selon les différentes missions à remplir. Il y a donc les Services de la Recette, de la Comptabilité, des Taxes, du Contentieux du Recouvrement et, particularité wavrienne, le Service des Assurances qui est également pris en charge par mon équipe.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste une semaine type du directeur financier ?
Le timing de la semaine n’est pas forcément le seul qui permet d’illustrer le fonctionnement de nos services.
Le travail est très cyclique et s’étend sur des périodes longues et d’autres courtes.
Chaque année, nous établissons le budget communal et à l’issue de l’exercice, nous dressons et clôturons les comptes annuels.
Au niveau du trimestre, nous gérons d’autres travaux de clôture intermédiaire.
Chaque mois, nous nous occupons évidemment de payer les traitements qui sont calculés par  le Service du Personnel,  du prélèvement de l’ONSS, du paiement du précompte professionnel, et de la TVA …
Le cycle hebdomadaire comporte la confection des mandats de paiement à soumettre au Collège et enfin, de façon quotidienne, je contrôle les extraits de compte qui vont permettre à chaque cellule de faire son suivi.

Au sein de l’administration, vous avez une image d’une personne très droite, intègre… et parfois rigide. Qu’en pensez-vous ?
Cette rigidité serait-elle un reliquat de ma première vie professionnelle ?
Je m’efforce en tout cas de proposer des solutions aux dossiers difficiles ou compliqués. Il y a des étapes à suivre pour procéder à un achat et il faut les respecter : budget, moyens de financement, marché public, commandes, etc.
Je suis peut-être strict mais effectivement je tiens à garder l’administration « sur les rails » tout en étant compréhensif et cohérent.

Quelles sont les facettes les plus exaltantes de votre métier ?
La satisfaction est clairement très vive lors de l’approbation par les autorités de tutelle des comptes annuels et du budget.
J’y travaille énormément avec une équipe très compétente et dévouée et l’approbation de notre travail par les autorités est clairement un aboutissement, synonyme de validation et de reconnaissance.

C’est également très gratifiant de pouvoir faire gagner de l’argent à la Ville en réalisant des placements intéressants qui permettront d’alléger les charges des Wavriens. Assurer des revenus à la Commune sans devoir réclamer plus de taxes est vraiment un des aspects les plus intéressants de ma fonction.

Et les inconvénients ?
Ce qui m’exaspère profondément, c’est de devoir me confronter à ceux qui ne veulent pas se plier au prescrit légal ou qui ne respectent pas la loi.

Avez-vous une anecdote à nous raconter ?
Oui …. c’était avant l’an 2000.
Une lettre arrive à la commune et le Bourgmestre découvre que Wavre a acheté 2 tonnes d’or. Charles Aubecq a mené son enquête auprès de tous les services pour savoir qui avait acheté de l’or…
Au Service des Travaux, …. Pas concerné.
Au Syndicat d’Initiative … « C’est pas nous, Mayeur »
Aux Régies …. Pas au courant !
Il décide enfin de m’appeler et me dit de sa grosse voix : « C’est quoi cette histoire d’or, Receveur ? Où est cet or ? Et pour quoi faire ? »
J’ai répondu que cet or était peut-être à Fort Knox aux USA ….. Il a écarquillé les yeux et est resté sans voix ! …. Je lui ai expliqué que c’était une nouvelle sorte de placement financier qui nous a quand même rapporté 625.000 BEF à l’époque.
« Hummm …. Alors c’est bon, Receveur », a-t-il conclu.

Quelles sont vos passions en dehors de votre métier ? Qu’y-a-t-il à découvrir sur l’homme ?
J’adore faire de la moto. Je viens travailler en scooter et j’ai un gros cube pour me balader le week-end. J’ai également une passion pour l’ornithologie. Je suis actuellement une formation pour être ornithologue. J’apprends à observer les oiseaux, les reconnaitre, les comprendre. C’est passionnant. J’aime aussi beaucoup les bons films et la lecture. Je ne lis plus que sur tablette et mon dernier roman était L’Hiver du Monde de Ken Follett.

Pour conclure cette interview, avez-vous quelque chose à rajouter ?
Je suis à la veille de prendre ma retraite et je souhaite que Wavre reste une ville où il fait bon vivre. Que les grands projets de nouvelles d’infrastructures qui s’annoncent répondent à ses besoins et lui apportent le succès qu’elle mérite.

Merci pour cette interview !

 

Newsletter

Newsletter Ville de Wavre

Ville de Wavre sur Facebook

Twitter

Plan du site  Disclaimer  Fiche analytique Copyright