Marc COUSSENS

 

Interview de Marc COUSSENS
Responsable du Service Plan Vert

 

Marc COUSSENS en bref…
Marc Coussens a 49 ans et habite Sambreville. En 2015, il fêtera non seulement ses 50 ans, mais aussi les 15 années passées à veiller aux espaces verts de la ville. Rencontre avec le jardinier attitré de Wavre.

Bonjour Marc, dites-nous quelle fonction occupez-vous à la Ville ?
Je suis responsable du Service Plan Vert de la Ville de Wavre.

Pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?
J’évolue depuis toujours dans le milieu horticole. J’ai étudié la technique horticole à Gembloux, ensuite j’ai travaillé pour des pépinières ou encore dans l’aménagement de parcs et jardins bruxellois. C’est en 2000 que je suis entré en service pour la Ville de Wavre. Je succédais alors à l’ancien responsable du Plan Vert.  

Pouvez-vous nous dire en quoi consiste votre métier au quotidien ?
Le Service Plan Vert a pour mission l’aménagement et l’entretien des espaces verts de la commune. En tant que responsable, je veille chaque jour à la bonne organisation du service, à la gestion des équipes, au contrôle des chantiers, sans oublier les fonctions administratives.

Vous parlez d’équipes… Combien de personnes font partie du Service ? Et quelles sont leurs principales fonctions ?
En tout, le Plan Vert emploie 20 personnes. C’est deux fois plus qu’il y a 15 ans où le service comptait 10 employés. Chaque équipe a sa spécificité, mais les principales tâches à effectuer sont l’élagage des arbres, la taille, le fleurissement, la tonte et le fauchage des accotements.

Le Plan Vert a donc bien grandit en 15 ans. Comment l’expliquez-vous ?
Certainement par l’ampleur de notre mission. Je l’ai déjà un peu évoqué, la gestion des espaces verts de la Ville comprend de nombreuses activités dont l’entretien des parterres, la taille des haies et arbustes, l’élagage des arbres, le fleurissement urbain, le fauchage des accotements, l’entretien des sentiers, du bois de Beumont, la tonte, le désherbage... Sans oublier d’autres activités comme l’approvisionnement en sapins de Noël durant les fêtes de fin d’année, la préparation du Grand Feu pour le carnaval, l’accompagnement des jeunes dans le cadre du projet « Été Solidaire », et bien sûr, la gestion des ruches de « L’Api du Maca » par notre collègue apicultrice. Peu importe les saisons, il y a toujours à faire !

En parlant de saisons, comment influencent-elles concrètement votre travail ?
C’est simple, c’est souvent la météo qui commande ! Cela dit, chaque saison requiert un soin particulier. Le printemps comprend l’organisation des parterres et la plantation d’essences printanières comme les primevères ou les pensées. La taille des haies et le désherbage reprennent aussi petit à petit. L’été est toujours très chargé avec les plantations d’annuelles, l’organisation des jardinières, la tonte, l’arrosage, la taille et le désherbage ; sans oublier les nombreuses festivités organisées à cette période et qui requièrent une attention particulière en termes de fleurissement. Avec l’automne vient la plantation des bulbes, la taille des arbustes, le ramassage des feuilles en collaboration avec le Service Travaux. Enfin, l’hiver clôture l’année avec les gros élagages et l’installation des sapins en ville.  

Y-a-t-il un projet particulier porté par le Plan Vert et dont vous êtes fier ?
Depuis plusieurs années maintenant, les autorités ont à cœur d’accentuer le fleurissement urbain. C’est un projet pour lequel nous œuvrons avec beaucoup de plaisir car nous sommes fiers d’embellir notre ville et d’offrir un cadre de vie agréable aux citoyens. Pour l’anecdote, nous avons d’ailleurs de très bons échanges avec eux ! Il nous est déjà plusieurs fois arrivé que des passants nous demandent conseil pour connaître nos techniques d’arrosages, nos produits, nos combinaisons d’essences et j’en passe…  

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?
C’est justement ce dont je viens de vous parler, la satisfaction d’améliorer le cadre de vie des habitants du chef-lieu du Brabant wallon, c’est n’est pas rien !

A contrario, quels sont ses inconvénients ?
Je ne parlerai pas vraiment d’inconvénients mais plutôt de difficultés liées au métier. Travailler avec la nature est à la fois passionnant et éprouvant car elle reprend toujours ses droits. La végétation se dégrade par elle-même et l’entretenir est un éternel recommencement. Pourtant, ce qui me désole le plus c’est le manque de respect de certaines personnes qui ne se privent pas pour piétiner les parterres ou y jeter des déchets. Les déjections canines sont aussi très nombreuses, sans parler des vols ! Quand on sait que Wavre possède deux fleurs au label « Villes et Villages Fleuris », c’est regrettable de constater de tels gestes.  

Pour conclure cette interview, y-a-t-il un défi spécifique au Plan Vert que vous souhaiteriez évoquer ?
C’est évident que nous sommes préoccupés par l’environnement et l’écologie. Sachant que la nouvelle législation concernant l’usage des pesticides en Wallonie interdit l’utilisation d’herbicides chimiques, nous avons adapté nos méthodes. Aujourd’hui, nous employons de nombreuses alternatives. En résumé, cela passe par le choix de plantes couvre-sol, l’installation de copeaux de bois dans les parterres, mais aussi l’emploi d’un désherbeur thermique au gaz. Finalement, le défi principal, tant pour le Plan Vert que pour les citoyens, est peut-être d’être plus tolérant vis-à-vis des mauvaises herbes... !   

Merci Marc pour cette interview !

 

Newsletter

Newsletter Ville de Wavre

Ville de Wavre sur Facebook

Twitter

Plan du site  Disclaimer  Fiche analytique Copyright