Pascal DRUART

Interview de Pascal DRUART
Surveillant des Travaux et Responsable du Dépôt communal de Wavre

En deux mots …
Pascal DRUART a 48 ans. Il est citoyen wavrien depuis 15 ans et travaille à la Ville de Wavre depuis 1995. Rencontre avec un homme de terrain !

Bonjour Pascal, quelle fonction occupez-vous à la Ville ?
Bonjour, je suis Surveillant des Travaux et Responsable du Dépôt communal de Wavre.

Quel type d’études avez-vous suivi pour pouvoir exercer cette fonction ?
J’ai fait des études pour être conducteur de travaux, mais uniquement en voirie. Je ne m’occupe donc pas des chantiers des bâtiments de la Ville.

Pouvez-vous nous dire en quoi consiste votre métier ?
Concrètement, je dirige des chantiers de voiries pour la Ville. Je reçois des ordres de travaux de mes supérieurs, et, en tant que surveillant responsable, je dispatche les missions à mes hommes qui les exécutent. Je prends donc en main la gestion complète des projets de voiries ici à la commune.

Etes-vous le seul Surveillant des Travaux à Wavre ?
Non, à Wavre nous sommes deux Surveillants des Travaux, mon collègue Monsieur Massala pour les bâtiments et moi-même, pour ce qui concerne les voiries.

Avez-vous plusieurs équipes sous vos ordres ? Combien d’hommes devez-vous encadrer ?
En tout, je coordonne six équipes. Il y a l’équipe du Service Logistique avec la balayeuse et le Glutton notamment, puis celle de la réparation des voiries, celle du Plan Vert, les mécaniciens, les fossoyeurs et l’équipe graffitis que j’ai créée.
Cela fait approximativement entre 70 et 80 hommes, mais pas que… Figurez-vous que nous comptons deux femmes parmi nos effectifs !

Pouvez-vous nous raconter votre journée type ?
Ma journée type c’est 50/50 : la moitié sur le terrain et l’autre dans mon bureau au Dépôt communal. Je commence à 7h30 avec les équipes des fossoyeurs, des mécaniciens et des graffitis. Ensemble, on passe en revue le planning de la journée. Vers 8h – 8h15, je reçois tous les chefs d’équipes et on planifie les missions. Vers 8h45, je m’occupe des demandes et des remarques que l’administration communale me transmet. J’ai une sorte de boîte aux lettres où, chaque jour, je relève ces demandes, je les analyse et les trie en fonction des priorités. Une fois que c’est fait, je planifie le travail pour les jours suivants, je réceptionne des appels, je reçois des gens,… L’après-midi en général je me rends sur le terrain pour surveiller et contrôler les travaux. Je suis leur évolution via les feuilles de planning attribuées aux différentes équipes. Je termine ma journée à 16h.

Y-a-t-il un projet récent dont vous souhaiteriez nous parler, et dont vous êtes fier ?
Actuellement, on effectue des modifications à l’Ecole du Tilleul. On fait une remise à neuf complète des installations sanitaires. Sur place, une équipe de trois à quatre hommes travaillent en collaboration avec ceux du Service Bâtiment. C’est un projet parmi d’autres, mais c’est sympa de travailler sur un ouvrage qui apportera un réel nouveau confort à l’école.

Pouvez-vous nous donner des exemples d’autres actions concrètes que vous et vos hommes réalisez au quotidien ?
Il y en a plusieurs, de tous types… Comme ça, dans le désordre, on s’occupe par exemple du nettoyage des avaloirs. La commune est divisée en quatre zones, on travaille sur une zone à la fois et on assure le suivi des zones nettoyées pour éviter les doublons. Il y a 10.000 avaloirs dans la commune, c’est énorme ! Il nous faut donc à peu près une année pour couvrir tout le périmètre. Quand la Dyle déborde et provoque des inondations, mes hommes se rendent sur les terrains sinistrés et aident la population. Ils aident à pomper l’eau, ils distribuent des sacs de sable, ils portent secours aux wavriens, etc. En hiver, ils s’occupent aussi de l’épandage du sel sur les routes. Ils apportent des sacs de sel pour les habitants de zones difficiles d’accès en véhicule comme les rues trop étroites ou très pentues par exemple. Et puis on s’occupe aussi du ramassage des animaux morts.

Selon vous, quels sont les avantages et les inconvénients de votre travail ?
J’exerce un travail assez pluridisciplinaire. Ce que j’apprécie vraiment c’est de pouvoir observer la réalisation d’un ouvrage et de mesurer son évolution. Pour moi, la conception de projets c’est quelque chose de très épanouissant. Parvenir à diriger une équipe au mieux et à souder ses effectifs pour parvenir à un travail de qualité c’est une belle récompense. Comme vous le comprenez, je fais mon travail avec cœur, mais je dois bien avouer qu’il m’arrive d’être parfois déçu par l’attitude ou les remarques des gens. C’est là l’inconvénient principal de ma fonction…

Pouvez-vous nous en dire plus là-dessus?
En fait, ce que je déplore, c’est un manque de respect pour notre métier et pour les ouvriers communaux. Je constate qu’il y a un manque de geste citoyen et de considération envers notre profession. Vous savez, nous faisons notre métier avec cœur, nous œuvrons à la propreté, à l’entretien et à l’aménagement de la Ville, il est important que les gens le sachent et s’en rappellent.

Ce sera le mot de la fin, merci Pascal de nous avoir accordé cette interview !

Newsletter

Ville de Wavre sur Facebook

Twitter

Plan du site  Disclaimer  Fiche analytique Copyright