Les temps modernes

Cette période qui va de la fin du Moyen Age à la Révolution française est, pour la ville, une alternance continuelle de progrès et de régression.

Les Wavriens, vivant dans une cité très vulnérable car dépourvue de remparts et seulement protégée par la Dyle et un jeu de fossés et de levées de terre, sont dès lors également victimes de passages réguliers de troupes qui s’affrontent dans nos provinces : réquisitions et déprédations diverses sont alors le lot des habitants déjà accablés d’impôts.
Le XVè siècle est marqué par les troubles religieux issus de la Réforme et, le temps de l’insécurité et du pillage étant venu pour le prieuré de Basse-Wavre, les moines doivent s’enfuir en 1590 : depuis 1580, en effet, des bandes de Gueux originaires de Bruxelles ont plus d’une fois mis la ville à sac et, en 1590, les Iconoclastes ont brûlé la châsse séculaire. Cependant, le culte marial retrouve sa vigueur lorsque Jacques Boonen, archevêque de Malines, en offre, en 1628, une toute nouvelle à la dévotion des pèlerins : on trace même une “ Belle Voie “pour relier le centre-ville au prieuré.

Et les incendies, eux non plus, n’épargnent pas la cité
: en 1695, un sinistre ravage plus ou moins trois cents maisons et en 1714, on dénombre plus de deux cents bâtiments calcinés.
A tout cela il faut encore ajouter les épidémies et leur cortège de malades que l’on confine près de l’Ermitage pour restreindre la contagion.

Wavre n’hésitera pas non plus à soutenir la cause des patriotes de la Révolution Brabançonne (1789-1790), en constituant une compagnie de volontaires sous l’instigation du Bailli Renson.

Cependant, auberges et marchés attirant toujours plus de monde, les progrès sont essentiellement d’ordre économique
, si bien qu'au XVIIIè siècle, Wavre aura définitivement perdu son aspect campagnard pour devenir une ville de plus en plus cossue : les rues principales sont pavées, les maisons s’étagent et leurs façades s’ornementent, s’embourgeoisent - les maisons situées à l’entrée de la rue de Bruxelles (n° 9, 10, 14) portent encore le témoignage de cette prospérité.

Dans le domaine culturel, c’est l’enseignement qui retient l’attention : l'instruction dispensée par les "Récollets", communauté installée à Wavre au XVIIè siècle tout comme les  "Carmes", connaît un vif succès jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

Newsletter

Newsletter Ville de Wavre

Ville de Wavre sur Facebook

Twitter

Plan du site  Disclaimer  Fiche analytique Copyright