Catégorie
Citoyenneté

Pour la lutte contre les violences faites aux femmes partout dans le monde. 

Origines de la Campagne du Ruban Blanc 

La Campagne officielle du Ruban Blanc débute le 25 novembre et se termine le 6 décembre. Des dates symboliques puisque le 25 novembre 1960, les trois sœurs Mirabal, des résistantes féministes étaient assassinées sur ordre du dictateur Rafael Trujillo. Tandis que le 6 décembre 1989, Marc Lepinne ouvrait le feu, par haine envers les femmes, à l’école polytechnique de Montréal faisant 28 victimes. Depuis ces événements tragiques, certains hommes ont commencé à porter un ruban blanc pour symboliser leur engagement à ne pas commettre de violences envers les femmes.

À ce jour, la Campagne du Ruban Blanc est un levier pour informer sur les violences faites aux femmes en Belgique et partout dans le monde.

Derrière un chiffre se cache toujours un être humain

- 1 femme sur 4 est victime ou a été victime de relations sexuelles forcées de la part d’un conjoint.

- 15 % de femmes en Belgique ont été confrontées à au moins un acte de violence commis par son (ex-) partenaire au cours des 12 derniers mois.

- 5 % des femmes âgées de 18 à 75 ans ont vécu des situations de violences «très graves» entre partenaires au cours des 12 derniers mois.

 

- 2 % des hommes se retrouvent dans une situation de violence conjugale.

- 106 plaintes par jour pour violence sont enregistrées en Belgique.

- Tous les 7 à 10 jours, en Belgique, une femme meurt sous les coups de son (ex-)compagnon. En 2020, 24 femmes en sont mortes.

- 2,68 milliards € : c’est le coût que représente la violence faite aux femmes en matière d’aide sociale, de justice, d’hébergement et de santé.

Le cycle infernal

Le cycle infernal de la violence conjugale...

Il illustre les processus répétitifs d’agressivité entre partenaires et explique en partie comment la victime est amenée à rester ou à retourner avec son bourreau malgré ce qu’elle subit dans la relation. 

Ce cycle, dans lequel n’importe qui pourrait tomber, est composé de 4 phases distinctes. 

Ces phases s’enchaînent et forment une boucle de répétition dont l’intensité augmente au fil du temps, avec des violences de plus en plus marquées ainsi qu’un rythme qui peut s’accélérer. 

Rappelons que les enfants peuvent également être des victimes collatérales de ces violences. Des études signalent que 10% des enfants témoins deviennent des victimes directes et sont présents dans 43% des situations de violences très graves. 

Le schéma :

- Point de vue de la victime en vert.

- Point de vue de l’agresseur en rose.

Ne fermons plus les yeux! 

Le but de cette campagne est d’informer, d’éduquer et surtout d’alarmer sur la situation tout en proposant des actions concrètes pour faire face à cette triste réalité. La Ville de Wavre et ses partenaires proposent donc un programme d’activités gratuites ouvertes au public sur inscription, dans une dynamique de sensibilisation au sujet des violences faites aux femmes.  

 

24 NOVEMBRE 

Spectacle gratuit « Comme on brûle encore ». Cinq femmes, qui ont été victimes de violences conjugales, sont réunies dans ce projet hors norme, pour travailler ensemble, à travers la danse et le théâtre, sur l'indicible de leurs histoires.

INFOS SPECTACLE

25 NOVEMBRE 

Café littéraire autour du livre « Ma renaissance ». C’est l’histoire d’Aliya, elle a subi la violence physique, psychologique et verbale de la part d’un homme et, tel un papillon, passe les étapes pour enfin déployer ses ailes.

INFOS CAFÉ LITTÉRAIRE

27 NOVEMBRE 

Cours de self-défense, avec Bruno de l’asbl Taï-Jitsu Bierges, pour apprendre les gestes permettant d’affronter des agresseurs éventuels dans des situations où notre vie pourrait être menacée.

EN SAVOIR PLUS

Numéros d'appel d'aide aux victimes de violences entre partenaires 

Vie Féminine

010/22.79.74

Touline qui organise des permanences au CPAS de Wavre

0456/37.86.85

Le service d’assistance policière aux victimes de la Police de Wavre

010/88.52.05